VIE DE L’ASSOCIATION 2018-05-22T09:12:03+00:00

Qu’avaient-ils en tête les fondateurs, ce 7 septembre 1991 quand ils ont déposé les statuts en préfecture ? S’imaginaient-ils que plus de 25 ans après, l’association serait toujours là, fidèle à son quartier, à ses habitants, à ses membres… et fidèle au bois.

Aujourd’hui l’association Les Copeaux d’abord se donne certes pour objectif la promotion du travail du bois, mais les années et les générations de menuisier·e·s se sont chargées de le faire dans un certain esprit.

Difficile de caractériser cet esprit, mais on peut citer parmi les valeurs de l’association :

  • le goût du bois, du geste technique, de la “belle ouvrage”
  • le goût du collectif, de l’entraide, de la formation, de la solidarité
  • le goût de l’engagement associatif et citoyen

Chacun·e aux Copeaux a sa propre façon de pratiquer ces valeurs et de les vivre… comme il·elle a sa propre façon de réaliser ses tenons et mortaises pour construire une table.

Simple utilisateur·rice de l’atelier, ou engagé·e comme permanent·e bénévole, ou encore élu· administrateur·rice, tous les membres ont leur place chez Les Copeaux d’abord.

Et c’est ce qui fait que cette association est experte, ouverte, diverse et impliquée.

L’atelier Bois est créé en 1972 au sein du Centre Social Chorier Berriat (CSCB).  L’animation et la formation sont alors assurées par un menuisier rémunéré par le CCAS.

En septembre1991, à la suite du non renouvellement du contrat de l’animateur, les adhérents se constituent en association indépendante « Les Copeaux d’abord » pour continuer l’activité bois ; un bail est alors signé avec l’association du Centre social.

En mars 1993, l’atelier bois est fermé par le directeur du CSCB pour cause de non-conformité électrique et pour vice de forme du bail.

Après de multiples réunions et discussions, les travaux de remise en conformité sont pris en charge par le CCAS à l’exception de la toupie qui reste à la charge de l’association « Les Copeaux d’abord » ; l’atelier bois ouvre à nouveau ses portes en janvier 1994. Une convention d’utilisation des locaux est signée avec le CCAS le 23 février 1995.

Depuis, l’association Les Copeaux d’abord n’a cessé de progresser sous les présidences successives de Michel Sollima (1994 – 2004) puis de Michel Ponthieux (depuis 2004 ).

Depuis sa création, l’association autofinance l’ensemble de ses équipements fixes ou portatifs ; elle renouvelle chaque année au moins une machine importante (dégauchisseuse, raboteuse, scie circulaire, etc.)

Elle permet à près de 150 adhérents (dont près de 30% de femmes) d’accéder à un équipement performant. Ils réalisent et s’entraident pour faire leurs propres travaux de menuiserie ou d’aménagement, à l’exclusion de toute commande commerciale.

L’outil de travail permet aussi d’intervenir collectivement au bénéfice des écoles du quartier, des crèches, de la Maison des Habitants ou de l’Union de quartier Saint Bruno.

L’association Les Copeaux d’abord et son atelier sont installés au sein de la Maison des Habitants Chorier-Berriat. Et ce n’est pas par hasard !

Centre social créé dans les années 70, la Maison des Habitants a, dès son origine, proposé aux habitants et aux nouveaux arrivants un atelier permettant l’aménagement à moindre coût de leurs appartements.

Aujourd’hui, l’activité menuiserie s’est structurée en association autonome. Cependant les relations demeurent étroites et Les Copeaux d’abord sont partie prenante de la vie de la Maison. Ils participent à l’association du centre social, s’associent aux activités.

L’atelier accueille régulièrement des classes de primaire pour une découverte du travail du bois, fabrique des nichoirs pour les cours d’écoles ou des jouets en bois pour la crèche ; elle intervient pour des aménagements mobiliers ou pour des jardinières à la Maison des Habitants ; enfin elle réalise chaque année un meuble de qualité qui dote la tombola de la fête du quartier organisée par l’Union de quartier Saint Bruno (prochaine date).

Voilà plus de 25 ans que les adhérent·e·s des Copeaux d’abord rabotent, scient, poncent, construisent dans les sous-sols de la Maison des habitants… depuis le temps, le public et les attentes ont évolué.

Juste avant d’entamer la saison 2017-2018, l’idée d’une enquête est née. Le Conseil d’administration en a validé le principe et l’information a été donnée lors de l’Assemblée générale d’octobre 2017.

L’objectif ?

Pour améliorer (c’est toujours possible) le fonctionnement, il fallait recueillir la perception des adhérent·e·s, connaître leurs attentes et propositions, en résumé « faire une photo ».

L’enquête s’est déroulée fin 2017 en direction des quelques 140 membres de l’association.

Il s’agissait d’un questionnaire en ligne de 35 questions pour recueillir les appréciations des adhérent·e·s sur l’activité de l’association et pour entendre leurs propositions. Pour ceux des membres (peu nombreux) qui ne sont pas utilisateurs d’internet, l’enquêteur leur a “tenu le clavier” pour qu’ils puissent également s’exprimer. Au total : 87 réponses, soit plus de 60% des inscrit·e·s. Bon début !

Les Copeaux d’abord, ce sont des menuisiers (80%) et des menuisières (20%) : pas si mal pour une activité traditionnellement assez masculine.

  • Premier niveau de satisfaction : les plages d’ouverture de l’atelier sont plébiscitées par plus de 75% des répondant·e·s. Pensez-donc, près de 55 heures hebdomadaires d’ouverture ! Ils·elles sont 80% à déclarer venir “n’importe quand” ou “en soirée” ; et près de 60% affirment venir au moins une fois par semaine.
  • Deuxième niveau de satisfaction : le rôle d’accueil et de conseil des permanent·e·s (les bénévoles de l’association). Il est jugé “bon” ou “excellent” par 95% des répondant·e·s.
  • Troisième raison de se réjouir : l’équipement de l’atelier en machines fixes. Alors là, c’est 100% des répondant·e·s qui déclarent qu’il est “bon” ou “très bon”. Ils parlent de la dégauchisseuse, de la raboteuse, des scies et de tout l’équipement dans lequel l’association a pu investir au fil des années.
  • Les attentes des adhérent·e·s tendent vers des formations ciblées, à l’amélioration du stockage du bois et à la mise en place de canaux d’information interne plus modernes : quelques beaux chantiers auxquels le Conseil d’administration va s’atteler !